25/05/2006

Les Calanques

Depuis quelques jours, nous sommes à Marseille, ou plus
exactement à Cassis (camping les Cigales). Le
programme "escalade" suit son cours mais il faut que
chaque participant réalise ses propres objectifs afin
de ne pas rentrer vers la Belgique avec un petit goût
de trop peu !

17:54 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La prise de décision.

Généralement, c'est le soir (ou le matin) que les
décisions se prennent. En fonction de la forme de
chacun et des prévisions météos, tout le monde donne
son avis. Il est important qu'au moment du départ,
l'objectif choisi ait fait l'unanimité. Dans ce cas,
la cordée fonctionne avec force et énergie. Le malaise
connu par les grimpeurs sous le nom de "mal des
rimayes" peut être causé par n'importe quel prétexte
et empêche de démarer l'escalade. Quand l'équipe est
soudée et que l'objectif est strictement identique
dans la tête de chacun, ce mal n'existe plus.

17:47 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'arête de Marseille

Le choix ce porte sur l'"Arête de Marseille" à la
Candelle. C'était un nos objectifs avant notre départ.
C'est une voie que l'on peut faire plusieures fois
sans s'embêter. Moi-même, je ne compte déjà plus le
nombre de fois que je l'ai faites et pourtant le
plaisir est toujours aussi fort. Nicole l'a déjà
faites également et si Pelo en a déjà beaucoupe
entendu parler ce sera pour elle la toute première
fois. Cette voie a été ouverte en 1927, cette
grande "classique" est une voie formidable. On peut
voir Gaston Rebuffat en parler (et y grimper) dans un
de ses films. Les 6 ou 7 longueurs s'enchainent bien.
Elles nous mènent sur le toit de ce donjon magnifique
qui domine la mer.

17:46 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le parking à Luminy.

De cassis à luminy, 20 minutes en voiture, mais le parking
est plutôt sûr au point de vue "vol". Il y a beaucoup
d'animation avec l'unif et les commercants (friture,
sandwiches)qui sont présents à cet endroit. Sans
parler des gardes de la réserve naturelle. Ils ont à
cette entrée une gaiolle. Ils sont souvent sur place.

17:30 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marche d'approche

Il faut tout de même compter une heure de marche pour
atteindre le pied de la voie. L'itinéraire parait
assez simple car on aperçoit très vite la Candelle,
mais certaines astuces permettent de ne pas se taper
des chemins trop mauvais ou des détours inutiles.On
remonte notamment le couloir qui borde le socle de la candelle...ça grimpe déjà !

17:08 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Candelle en vue !

Le départ est coincé entre l'aiguille et l'arête ouest de
la candelle. Cette voie est très fréquentée et il
n'est pas rare d'y rencontrer d'autres cordées. Le
mieux c'est d'essayer de démarer tôt ! Surtout si
c'est un jour de congé (vacances ou week-end) et qu'il
fait beau.

17:02 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le couloir de la première longueur.

La première longueur met tout de suite au parfum (c'est la
plus difficile). Sans doute, faut-il "mériter" le
droit de parcourir la suite de ce superbe itinéraire.
De toute façon le jeu en vaut la chandelle (c'est le
cas de le dire!). Cette longueur est ré-équipée
depuis cette année (2006). Il faut néanmoins un bon
niveau 5c/6a pour la réaliser en tête. Le relais est
situé sous le sommet de la petite aiguille (sur
laquelle on se retrouve). Parfois, il faut calmer les
co-équipiers qui s'angoissent (inutilement) à l'idée
de la suite de l'itinéraire. C'est vrai qu'il faut
enjamber le vide pour rejoindre l'arête !

17:00 Écrit par Xavier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |